Marre de ne pas gagner un rond à vendre des clicottes* dans le Carré ! Notre héroïne liégeoise à l’honneur a rendu son tablier et a mis le cap au Sud. Maintenant, elle dirige une ferme bio à Nice.

La baie de Nice, non loin de la ferme bio de Mathilde.
La baie entre Nice et Saint-Jean Cap-Ferrat, non loin de la Ferme biologique de Mathilde.

Il est des concours de circonstances qui te feraient encore croire aux miracles. Mais, le hasard ne fait-il pas souvent bien les choses ?

Le destin !

En vacances à la Côte d’Azur, je remplis mon panier dans un super marché bio de Cagnes-sur-Mer. C’est pour préparer mes menus du long week-end de l’Ascension. Le soir venu, avec mes invités, nous dégustons de simples pâtes au pesto -celui que j’avais choisi à Cagnes- autour duquel nous débattons à propos de la gastronomie. Nous nous délectons de ce pesto rosso alors que je confesse me sentir incapable d’en préparer un aussi délectable, même avec les meilleurs produits du potager. C’est donc avec curiosité que j’ausculte l’étiquette du pot magique. Bingo, c’est à Nice ! Je décide donc de m’y rendre dès le lendemain. Après m’être annoncée, pour éviter de me heurter à une porte close, je prends rendez-vous l’après-midi-même. Mon interlocutrice m’indique comment m’y rendre le plus aisément, d’une voix douce, mais claire. Je note un accent chantant mais pas vraiment local…

Du bord de mer où je réside, mon G.P.S. m’indique que j’en ai pour une grosse demie-heure, parce que je dois remonter le boulevard des Anglais et grimper sur le toit de Nice.

Le toit, c’est peu dire, parce que cela grimpe au moins autant que notre Redoute à nous, sous les pédales de Philippe Gilbert. Dans une cacahuète de location, au milieu de cette côte abrupte, surtout ne pas caler ! Prendre un maximum d’élan pour rester en deuxième vitesse et espérer atteindre le sommet. Attention, gère ton allure quand tu vois le bout de la route, parce qu’au sommet, tu te retrouves face… au vide ! Tu es sur une falaise dont tu ne peux que deviner l’à-pic… Brrrrr ! Des années plus tard j’en ai encore des frayeurs… Arriver chez Mathilde, cela se mérite !

Le calme de la campagne niçoise.

Nice, very nice !

Du boulevard des Anglais à la Ferme bio de Mathilde, tu en as pour un bon quart d’heure de grimpette, en voiture. Mais, l’effort en vaut le détour.

Dans un silence respectueux de la nature verdoyante, je ne perçois que la gaieté des oiseaux qui guettent les fruits à voler. Pas étonnant que mon hôtesse ait entendu mon arrivée motorisée. Hormis le tracteur au fond de la cour, il ne doit pas y avoir beaucoup de trafic dans ce paradis vert.

Grand sourire aux lèvres, Mathilde m’attend dans l’encadrement de son « magasin ». De commerce, il ne s’agit guère plus qu’un local avec quelques étagères remplies de pots et d’un comptoir encombré par une balance à l’ancienne (avec des poids).

Alors que Mathilde m’explique la philosophie de sa production agricole ainsi que la diversité des produits qu’elle cultive, elle s’arrête pour m’interroger sur ma provenance. Si elle a été distraite par la plaque française de ma petite Citroën, mon accent ne la trompe guère.

Nous découvrons que provenons du même quartier de la vallée mosane. Elle a bien connu mes parents qui organisaient de petits concerts publics en été. Entre Liégeoises, la glace a fondu instantanément. Elle m’emmène faire le tour de ses serres, de son poulailler et me montre son verger plein d’oliviers, de pommiers et de dattiers. C’est un Eden de beautés, de forces et de sagesse. C’est un paradis retrouvé. Mais, toujours menacé par la présence des pommes. Mais, cela, c’est une autre histoire.

Champs d'oliviers, de lavandes et autres cultures.
Les cultures de Mathilde.

En conclusion

Il n’en faut pas davantage pour que la Ferme bio de Mathilde rentre dans mon hit parade des personnalités wallonnes à te faire découvrir via mon blog.

Si tu vas à la Ferme bio de Mathilde, la patronne te racontera son combat pour hisser sa production au label « bio ». Elle t’expliquera volontiers sa recette du pesto rosso à l’ancienne. Elle ne tarira pas d’éloge sur sa fabuleuse huile d’olive première pression à froid, avec laquelle est a remporté de nombreux prix. Mais, si tu n’a pas l’occasion de passer par Nice, tu peux déjà découvrir tous les produits de la Ferme bio de Mathilde sur son site.

(*) Pour les non-Wallons, « clicottes » désigne des bouts de tissus et, par extention, des fringues.

Infos à retenir :

  • Les visites ne se font que sur rendez-vous ! Contacte Mathilde de ma part, elle te recevra comme il se doit.
  • Retrouve tout le catalogue des produits bios sur le site de la Ferme des Cîmes
  • Mathilde t’offre les frais de port vers la Belgique grâce à mon code EVOYE10 !
  • Pour accéder à la ferme, il te faudra louer une voiture. Je te conseille Rent-a-car qui proposent des tarifs avantageux.

Pour retrouver tous mes bons plans et mes codes promos dans un seul endroit, découvre mon magazine en ligne :

Tu pourrais également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *